Les bioproduits, moteurs d’une économie du végétal ?

Pourquoi les bioproduits ?

  • Proposer des produits innovants avec une empreinte environnementale réduite,
  • Construire ou ré-orienter la stratégie développement durable de l’entreprise en s’appuyant sur ses produits « verts »,
  • Créer de nouveaux marchés, pénétrer ou se maintenir sur ses marchés historiques,
  • Répondre aux critères environnementaux qui émergent dans les appels d’offre publics

Les raisons de recourir aux bioproduits sont nombreuses! Les façons de faire le sont aussi.

Le principal moteur de la croissance des bioproduits – biocarburants, bioénergie, bioplastiques mais aussi bio-solvants, matériaux de construction à base de ressources naturelles, etc. – repose sur les avantages environnementaux qui leur sont attribués.

Pour assurer légitimité et crédibilité à ces actions, il est essentiel de disposer d’éléments fiables garantissant les avantages que l’on attribue aux bioproduits sur la base de l’intuition « si un produit provient d’une source « naturelle » ou se décompose « naturellement » au bout d’un certain temps, il doit forcément être bénéfique pour l’environnement comparé à un produit de synthèse, issu de ressources fossiles ».

  • Comment vérifier cette intuition par une approche scientifique ?
  • Quelles unités de mesure adopter pour évaluer, et éventuellement comparer, la performance environnementale des bioproduits ?
  • Comment communiquer sur les avantages environnementaux de ces produits sur des bases robustes, en évitant ainsi le risque de « greenwashing » ?
  • Quelles sont les perspectives de marché pour ces produits ?

Certaines de ces questions font l’objet de réflexions communes au sein de groupes de normalisation nationaux ou internationaux. PwC participe notamment à la commission de normalisation X85E sur les bioproduits (définition, ACV, …), afin d’apporter son expertise sur ces sujets complexes.

Comment reconnaitre un bioplastique ?

Pas toujours facile de faire la différence à l’œil nu !

Il existe en effet deux types de bioplastiques :

  • Les plastiques agrosourcés, d’origine végétale, qui sont issus de ressources renouvelables ;
  • Les plastiques biodégradables (compostables) qui satisfont des critères de biodégradabilité et de compostabilité.

Ainsi, les bioplastiques peuvent être biodégradables ou non. De même, des polymères biodégradables ne sont pas forcément agrosourcés, et peuvent être issus de la pétrochimie. Cependant, de façon générale, il est plus facile pour un produit agrosourcé d’atteindre les normes de biodégradabilité, ainsi les deux types ne sont pas entièrement décorrélés …

La définition d'un bioproduit n'est pas évidente et au niveau européen et français des groupes d'experts échangent sur le sujet pour définir ce terme.